Moi & mes fesses, première partie

canard bain vicking

Je n’ai jamais eu trop à me plaindre de ma santé. Certes, quand j’étais jeune, j’ai passé une journée à l’hôpital parce que j’étais trop grande pour mon âge, j’ai aussi été opérée des oreilles parce que j’entendais mal. J’ai eu, évidemment, des soucis de peau à l’adolescence (peau granuleuse traitée depuis avec un traitement spécifique vu que mon acné était d’origine hormonale et que ce soucis se répercutait aussi sur mes chutes de cheveux) ; J’ai porté des lunettes dès la 3ème, j’ai aussi développé des troubles de l’alimentation suite à une overdose de tartiflette et à la peur panique de vomir. Et je souffre actuellement toujours d’allergies de contact, hypersensibilité dûe à un tatouage au henné noir.

Je n’ai jamais eu ni plâtres, ni carries, ni appendice en folie, ni amygdales récalcitrantes, ni “vraies” gastro ou “vraies” grippes.

Et, là, je viens de toucher le jackpot en terme de soucis de santé. Je vous arrête tout de suite, je vais très bien (vous allez devoir me supporter pendant des dizaines d’années encore), mais je pourrais aller mieux. Vous allez voir pourquoi, attachez votre ceinture et attention à l’avalanche de détails pas glamour du tout dans mon histoire !

canard bain pirate

Il y a quelques mois, j’ai senti que mes fesses “glissaient” l’une contre l’autre, comme si on m’avait versé de l’huile à ce niveau-là. Je ne me suis pas trop inquiétée, parfois mon corps fait des trucs bizarres. Cette sensation bizarre est revenue plusieurs fois et, un jour, en m’essuyant avec du papier toilette, je me suis aperçu que c’était du pus, au niveau du haut de mes fesses. Là encore, je ne me suis pas inquiétée, pensant m’être essuyé trop fort ou un truc comme ça.

Des semaines passent et je découvre que j’ai, en haut de la raie des fesses, un petit trou de la taille d’un demi-petit-pois. Franchement, ma première idée a été que j’avais dû trop forcer aux WC et trop étirer ma peau, lol ! Je vais quand même voir ce que ça donne sur Google en tapant quelques mots-clés au hasard et ça parle de kyste pilonidal. Ne connaissant pas cette expression médicale, je la tape dans mon ami Google et je découvre qu’il s’agit d’une sorte de boule qui pousse au niveau de la raie des fesses et qui fait mal quand on s’assoie. Ils précisent qu’il faut absolument aller consulter un médecin au plus vite.

N’ayant ni boule mal placée ni mal quand je m’assoie, je suis rassurée. Sauf que je continue d’y penser, je continue d’avoir du pus au niveau de ce trou et je décide, lors de ma visite déjà programmée en décembre chez la gynécologue, de lui en parler.

Le diagnostic de la gynécologue (dont ce n’est pas la spécialité, la raie des fesses ! ) est clair : c’est sûrement un kyste pilonidal, même s’il n’y a ni boule ni mal. Elle me conseille d’aller fissa chez le docteur pour voir si cela peut être traité, sinon c’est l’opération (une sorte de curetage qui nécessite des mois de convalescence chez soi) ! Pour rappel, je devais partir en janvier pour plusieurs mois en Angleterre… je stressais grave !

canard bain british

Je prends donc RDV à mon cabinet médical. Par chance, mon docteur (homme) est absent et une collègue (femme) peut me recevoir. Celle-ci me confirme que j’ai bien un kyste pilonidal et qu’elle va essayer de le traiter avec des antibiotiques pour me permettre d’aller, malgré tout, finir mes études en Angleterre.

Après huit jours d’un traitement de cheval, le trou n’a pas cicatrisé et j’ai toujours du pus qui en sort, signe d’infection… Je retourne la voir et nous convenons d’un RDV chez un chirurgien urologue qui procédera à l’opération.

Mon RDV est programmé pour mardi, je vais faire des pieds et des mains pour avoir droit à une anesthésie générale (inutile que je sois réveillée alors qu’on creuse un gros trou dans mon derrière pour virer les cellules infectées et le kyste qui doit probablement se trouver dans ma chair, près de l’os…) !

Je vous en dirais plus bientôt, sachant que l’opération en soit est “facile à vivre” mais la convalescence qui dure 1 à 2 mois en général l’est beaucoup moins, dans la mesure où on ne peut s’asseoir (adieu la voiture, les bains, la lecture dans son lit), s’allonger sur le dos ou marcher, dans certains cas !

C’était la première histoire de mes fesses, je vous donne RDV d’ici quelques jours pour les détails de l’opération et, plus tard, pour mes plaintes incessantes concernant la convalescence avec une question en suspens : comment je vais faire pour bloguer, allongée sur le ventre ???

EDIT : la suite est ici…

 

43 commentaires sur « Moi & mes fesses, première partie »

  1. rrhoo là là, ma pauvre ! ça doit être marrant comme situation. Puis j’imagine que tu es très déçue de ne pouvoir partir.
    Bon courage, je penserai à toi

  2. Coucou ma belle!
    Mince alors!! tu sais que ce n’est pas si exceptionnel que ça ! le gendre de ma collègue en a eu un également. Ce sont souvent des restes embryonnaires et tu sais qu’on peut y retrouver des cheveux ou poils et même des dents!!! Cela reste bénin et tout cela ne sera ensuite plus qu’un mauvais souvenir. j’espère que cela ne te fait pas trop souffrir.
    Courage ma belle, je suis sûre que ça va bien se passer!

  3. Je déteste les hôpitaux, les infections et tous types de petites choses qui me forcent à aller chez le médecin (j’y vais d’ailleurs demain, quelle merde…).

    Dans tous les cas, bon courage, je sais que ça doit pas être facile et tiens-nous au courant de l’évolution de ton état de santé.

  4. Je n’avais jamais entendu parler de ce type de kyste auparavant mais, même si ce n’est pas hyper grave en soit, je me doute que ce ne doit pas être facile à vivre. Je te souhaite tout plein de courage et t’embrasse bien fort.

  5. olala ma pauvre !!!!!! en effet c’est balo tt ça !!!!! heureusement que ce n’est pas “grave” même si c’est très chiant en effet ! je compatis grave! j’espère que cela ne chamboulera pas trop tes projets anglais… gros poutous!

  6. Coucou ma belle! déjà, bravo pour ton courage de venir raconter ton “soucis” sur ton blog ;)) Pour tout dire, je connais ce que c’est car mon chéri a eu le même soucis il y a environ 1 an et demi, sauf que lui c’était vraiment un kyste qui se voyait ; et s’est fait opérer aussi… Il faut que tu te rassures, certes les soins post-opératoires ne sont pas une partie de plaisir mais quand c’est bien fait, avec une infirmière qui est douce et gentille ça va :)) (enfin, je pense, ne l’ayant pas vécu moi-même, mais dixit chiri) Tu as tout mon courage en tout cas ma belle!! gros bisous

    1. Merci ! Tu sais, cela me fait du bien d’en parler et j’ai gardé le silence trop longtemps dessus, si cela peut aider quelqu’un qui connait pas, j’en serais ravie !

      Ya des nouvelles dans le dernier article sur blog, tu verras, je me suis inquiétée pour rien !

  7. ça ne semble pas évident à vivre ! je ne comprends pas que ce soit un urologue qui soigne ce type de “problème” je n’aurais jamais imaginé que ce soit ce type de spécialiste! Car je ne vois pas le rapport avec le système urinaire.
    Je pense qu’il doit exister des systèmes au niveau du lit, ou un lit médical adapté pour que tu puisses rester sur le ventre et que tu puisses t’occuper dans cette position inconfortable
    En tout cas bon courage 🙂

    1. En fait, je me suis trompée, ou plutôt Google m’a trompée, c’est pas une urologue ! Toutes les spécialités s’occupent de ces soucis-là, apparemment !

  8. Cyrielle, je te souhaite beaucoup de courage pour cette opération mais surtout pour la convalescence qui va suivre. J’espère que ça ne va pas trop repousser tes projets d’études outre-manche. A bientôt

  9. Et ben ma pauvre ! Le fils d’amis de mes parents s’est fait opérer de la même chose la semaine dernière ! Apparemment c’est assez courant. Mais c’est clair que c’est la convalescence qui est pénible ! J’espère que tu as un ordinateur portable, ça sera plus facile pour bloguer sur le ventre !

  10. OMG ! C’est vrai qu’il y a plus grave mais ça à l’air très gênant surtout cette convalescence !
    J’espère que tout va bien se passer pour toi !

  11. Coucou courage car sa va être pénible .
    Mon frère a eu ce genre de soucis aussi Il a étais opérer aussi il étais jeune 18 /20ans. On lui a expliqué que sa pouvais venir d’un poil qui poussait a l’intérieur de la peau , d’un stress d’une fatigue.
    Il a eu une intervention chirurgicale sous anesthésie locale qui n’a pas fonctionné il a eu très très mal à eu des sueurs tellement c’était douloureux . Pourtant il n’est pas douillet mon frère et plutôt courageux . Il a réussi a reconduire en sortant de l’hopital pour rentrer et après son rétablissement a étais très long le pire c’était pour allez au wc se laver manger . Il fallait qu’il sois allongé ou debout pas pratique . Chaque matin l’infirmière venais il avais une mèche qui absorbais le pu et petit a petit au fil des jours forcément la peau s’accrochait a la mèche donc quand l’infirmière la retiré c’était douloureux .
    Mais petit a petit la mèche a étais de plus en plus courte . au départ au moins 15cm ! Il revenait de loin .
    Mon frère s’est bien remis mais le soucis c’est que sa peux revenir et parfois quand il est fatigué il a mal entre les fesses . Donc après il faut surveillez son popotin a vie.
    En tout cas je te souhaite que sa aille bien et que l’anesthécie marche du 1er coup . Surtout n’hesite pas a redemander une dose si tu sens la douleur arriver .
    Courage car les projets mois risque d’être assez long et pénible .

    1. Mon kyste a moi avait des poils dedans. Il en existe avec des morceaux d’os ou de dent, car c’est l’endroit où les trucs que l’embryon n’utilisera pas pour se former se cachent et, un jour, stress ou autre, ça pousse…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.