Moi & mes fesses, sixième partie

Reprenons nos histoires de fesses… (cf parties 1, 2, 3, 4 et 5)

La semaine dernière, j’ai pris RDV chez le chirurgien parce que ma cicatrice saignait abondamment et que cela puait fortement. Comme je vous l’ai confié en vitesse ans le billet shopping qui suivait, elle a été rassurante et m’a annoncé que j’avais juste un hématome (elle a appuyé dessus un moment pour purger la majorité de sang), avec une présomption d’infection à cause de l’odeur et un point de suture qui avait sauté (alors que les fils sont résorbables en 3 mois ! ). Je suis rentrée chez moi soulagée de ne pas avoir à me faire réopérer et qu’elle ne décide pas d’ouvrir la cicatrice et de la laisser telle quelle, méchée.

canard-de-bain-infirmière

Depuis, je suis quasiment constamment alitée sur le ventre et j’ai un infirmier (ou une infirmière, selon les semaines) qui passe quotidiennement changer mon pansement (je l’enlève – je me douche – puis il en met un nouveau). Pendant cinq jours, elle a continué de saigner abondamment, tant et si bien que mon infirmier était un peu inquiet (mais pas le chirurgien, c’était normal pour elle). Puis, samedi matin, le flux de sang s’est stoppé et a été remplacé par une sorte de liquide à l’aspect de crème anglaise, qui puait très fortement. Tout de suite, j’ai pensé “infection” et c’est aussi le diagnostic qu’a posé l’infirmier, qui m’a annoncé, en parallèle, que deux points de suture venaient de lâcher et qu’il serait probable qu’on doive maintenant me mécher…

Lundi, une nouvelle infirmière a pris le relais, pendant que j’attendais que mon chirurgien me rappelle. Elle m’a conseillé de revoir mon chirurgien car elle souhaitait vraiment mécher mon trou, elle m’a enlevé un point de suture ayant lâché (cela a fait super mal et mon docteur n’a pas apprécié, il semblerait qu’il ne faille jamais y toucher ! ), elle a nettoyé la plaie en dedans avec une compresse et, là encore, j’ai eu bien mal et j’ai eu du mal à imaginer supporter cela tous les jours si jamais on me méchait.

canard -bain - docteur

Etant donné que la cicatrice s’était ouverte, l’assistante de mon chirurgien m’a recommandé de venir au cabinet pour qu’elle puisse voir ça. Encore une fois, je n’avais pas trop à me plaindre car je n’avais jamais mal, même quand je m’asseyais dans la voiture ou à table pour manger.

Le chirurgien était surprise que ma cicatrice ait lâché (et de toutes ces petites complications en général, elle n’avait jamais vu ça en six ans de carrière), mais a trouvé que, finalement, le truc bizarre qui coulait de ma plaie était sûrement de la fibrine (un déchet de cicatrisation) plutôt que du pus infectieux. Moi qui avais peur qu’elle décide de me mécher, j’ai été soulagée quand elle a décidé, voyant ma plaie propre et mon trou peu imposant, de me recoudre sous anesthésie locale. N’ayant jamais eu d’anesthésie locale (sauf pour ma dent de sagesse, et cela s’était bien passé), je n’imaginais pas ce que j’allais vivre.

Impossible de vous dire combien de temps cela a duré, mais j’ai eu l’impression que cela ne finirait jamais. Tout a commencé avec la piqûre d’anesthésiant faite dans le trou : zone hyper sensible car hyper vascularisée et hyper-inflammatoire car en cours de cicatrisation. Ça, ça a été rapide mais la suite… Même si j’étais bien anesthésiée, j’ai senti tout ce qu’il se passait, je sentais le fil glisser dans ma chair… Une horreur, je tremblais comme une feuille, je ne pouvais rien contre. Je lâchais de temps en temps des jurons (“purée”, ça compte) mais je n’osais pas non plus trop parler pour ne pas déconcentrer le chirurgien. J’avais envie de mordre dans un truc pour ne plus souffrir et sentir comme des aiguilles glacées parcourir la zone… Le chirurgien a même dû appeler son assistante pour me tenir les fesses écartées tant je bougeais involontairement. Il faut dire, étant bien inflammée, elle a dû s’y reprendre à plusieurs fois pour que les fils tiennent.

canard bain pirate

De très longues minutes plus tard, j’ai pu me relever et je me sentais tout de suite mieux. J’avais juste l’impression qu’un marionnettiste s’amusait avec moi et tirait un fil vers le haut pour bouger mes fesses ! J’étais trempée de sueur, j’avais du mal à marcher, mais je n’avais plus trop mal. Finalement, j’ai eu trois points : un en profondeur de mon trou pour l’aider à se refermer, deux en surface. L’idée était de stimuler la cicatrisation sans toutefois boucher tout pour permettre aux flux de s’écouler.

Normalement, dans trois semaines (date de mon prochain RDV), cela devrait être bien mieux. J’ai eu beaucoup de mal à m’endormir hier car l’anesthésiant ne faisait évidemment plus effet, je sentais encore ses petites pointes glacées me piquer… D’ailleurs, quand je suis rentrée chez moi, mon corps tremblait encore !

Ce matin, l’infirmière est passée et, après avoir été surprise que l’on me recouse au lieu de me mécher, elle a admis que le travail avait été très bien fait et devrait être efficace pour que je cicatrise cette fois-ci sans problème. Je vous tiens au courant !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Auteur : platinegirl

Cyrielle alias platinegirl. 28 ans, bac +7 en biosciences. Ex-toulousaine, à Exeter (UK) pour sa thèse.

11 réflexions sur « Moi & mes fesses, sixième partie »

  1. Ça devient assez compliqué quand les infirmiers et les chirurgiens ne se mettent pas d’accord sur ce qu’il convient de faire pour ton cas :/

  2. digne d’un film d’horreur presque !! quel courage !! on a mal rien que de lire ces lignes…….

  3. J’espère que maintenant tu es tranquille et que ça ne va pas recommencer. J’espère que tu ne souffres plus surtout. ça ne doit pas être évident.
    Je te souhaite beaucoup de courage et j’espère que tu vas vite aller mieux.
    Bisous

  4. J’ai eu les mêmes sensations pour une anesthésie locale pour un grain de beauté… Et je te parle pas de ma césarienne sous péridurale… Bon, si tout va bien, c’est l’essentiel !

  5. j ai senti que j étais à la limite de trembler aussi en te lisant! ouf un mieux est à l horizon et j en suis très contente pour toi 🙂

  6. raaah ma pauvre j’ai tressailli pendant toute la lecture de ton article ! Je compatis, mes expériences d’anesthésies locales ont toujours été des calvaires pour moi aussi ! Je croise les doigts pour que cette fois tout ce passe pour le mieux !!!

  7. Ma pauvre!! Je te JURE que j’ai tremblé pour toi en lisant ton article! 🙁 je n’imagine pas la douleur 🙁 Mon copain, qui a eu le même soucis, mais qui a été “méché”, m’a dit que certes les soins quotidiens faisaient très mal mais apparemment sa chirurgien(ne?) lui aurait dit qu’en recousant les risques de mauvaise cicatrisation et d’infections étaient très grands :(( Enfin apparemment pour toi ce n’est pas vraiment une infection. Je te souhaite sincèrement bon courage, je pense qu’avec les nouveaux points qu’elle t’a fait ça devrait aller maintenant !!! En plus tu as les infirmiers qui passent pour bien contrôler donc no stress 🙂 bisous Cycy !!

Laisser un commentaire