Guide pratique # 42 : Mon métier de père – Gilles Verdiani

mon métier de père

Avouez, vous n’auriez jamais imaginé que l’on traiterait un jour de la paternité sur le blog ! Moi aussi, d’ailleurs, mais j’ai reçu ce livre en service presse donc… je l’ai lu ! Et voici maintenant ma chronique de “Mon métier de père” de Gilles Verdiani, aux éditions JC Lattès, vendu au prix de 13 euros.

Quatrième de couverture :

Mais pourquoi est-ce si difficile d’élever ses enfants ?

Alors que de plus en plus de parents pensent, avec Adam Mansbach, « Dors et fais pas chier », pour Gilles Verdiani ce serait plutôt : «Les enfants sont chiants et alors ? ». Ce livre est un témoignage exceptionnel. Celui d’un père qui travaille chez lui et qui vit au quotidien avec ses enfants depuis près de 5 ans. Très impliqué dans leur éducation, il a sur sa vie à la maison un regard extrêmement précis, associé à une réflexion qui mêle la philosophie et le bon sens. Comme beaucoup de pères de sa génération, il a lu les manuels et écouté les avis ; comme les autres il s’est senti plus d’une fois dépassé ; comme tout le monde il s’est disputé sur l’éducation des enfants avec sa femme, ses parents, ses beaux-parents et même ses enfants. Ce qui le distingue peut-être de ceux qui n’en ont pas fait un livre, c’est qu’il s’est demandé pourquoi c’était si difficile. Et qu’au lieu de renoncer, il a décidé de changer. D’accepter certaines demandes pour mieux en refuser d’autres. De comprendre ses enfants avant de vouloir s’en faire obéir. Et de comprendre qu’entre eux et nous, parfois personne n’est fautif : des exigences excessives, des contradictions, des ambivalences viennent, de l’extérieur, compliquer la relation entre parents et enfants. Ce livre aborde tous les problèmes qui attendent les parents au fur et à mesure que les enfants grandissent : vaccins, sommeil, langage, autorité… Autant de choix difficiles, de questions parfois sans réponses, qui font que l’aventure est unique et passionnante.

Mon avis :

“Mon métier de père”, c’est un livre que Lire Ou Mourir a reçu dans le cadre d’un envoi sauvage, et que je me suis portée volontaire à lire avant de vous en parler. A vrai dire, ce livre aurait jamais atterri entre mes mains, sinon, car, non seulement la paternité ne me touche pas personnellement (je suis une fille, pour rappel ! ), mais, en plus, c’est aussi le cas de la maternité (je suis célibataire et je n’ai pas prévu d’avoir d’enfants avant une dizaine d’années au moins ! ).

Ce livre est très bien mis en page par l’éditeur, JC Lattès, qui en a fait un guide pratique à emporter avec soi grâce à son faible nombre de pages (178) et donc à ses faibles poids et volume. Même si ce livre est un essai, ce n’est pas un guide pratique pour autant, plus un témoignage de la vie de père presque-au-foyer. On ne retrouve donc pas des chapitres triés et ordonnés, même si les chapitres, relativement courts et nombreux, abordent tous des points diversifiés.

Franchement, je n’ai fait qu’une bouchée de ce livre. Pas seulement grâce à son faible nombre de pages, mais aussi parce qu’il est super bien écrit (je tire mon chapeau à Gilles Verdiani, car le sujet m’intéressait peu), tant et si bien que je me suis prise à fond dans ma lecture, que je me suis intéressée à la paternité des hommes d’aujourd’hui. D’ailleurs, depuis ma lecture, même si je n’ai toujours pas d’instinct maternel, je pense relativement souvent à ce que j’ai lu, aux divers problèmes mis en avant par l’auteur quant à la place des hommes dans l’enfance de leurs petits bouts, et au fait que l’éducation des enfants est vraiment laborieux. Des très nombreuses écoles s’opposent, ne serait-ce que quand on pense à l’allaitement, au “je le laisse pleurer le soir jusqu’à ce qu’il s’endorme” (ou le contraire, j’accours au moindre bruit)… Je n’irais pas jusqu’à dire que cet essai doit refroidir les plus psychorigides des futurs parents (comment faire le mieux quand tant de voix s’opposent ? ), mais il aide vraiment à réfléchir à toutes ces choses que sont les petits détails de l’éducation des jeunes enfants.

Aussi, je ne peux que vous recommander la lecture de ce guide si vous êtes futur papa ou juste intéressé par une réflexion sur l’éducation des enfants.

La note de l’addicte : 4 étoiles

Et vous, vous vous y connaissez en éducation infantile ?

Cliquez pour retrouver ce guide en vente : Mon métier de père

Auteur : platinegirl

Cyrielle alias platinegirl. 28 ans, bac +7 en biosciences. Ex-toulousaine, à Exeter (UK) pour sa thèse.

3 pensées sur “Guide pratique # 42 : Mon métier de père – Gilles Verdiani”

  1. Je ne sais pas si je peux dire que je m’y “connais” en éducation infantile mais j’ai une “petite expérience” du fait que je suis 5 fois maman, que j’ai été 16 ans enseignante en maternelle, qu’aujourd’hui je suis assistante maternelle et que je travaille occasionnellement dans l’animation d’ateliers pendant les grandes vacances.
    J’ai lu beaucoup de livres traitant de l’éducation/l’accompagnement des enfants, tant d’un point due vue professionnel que personnel; la plupart était écrits par des femmes ou alors par des professionnels. Très peu par et du point de vue des pères, comme si ce sujet était réservé aux femmes et aux professionnels.
    Je suis contente de voir qu’aujourd’hui un livre de ce type sort, je mettrai mon nez dedans et peut-être que je l’offrirai à mon frère qui vient d’être papa pour la 1ère fois si ça colle avec sa conception du rôle de père.

Laisser un commentaire