Moi & mes fesses, septième partie

Après vous avoir narré mes aventures chirurgicales pas très drôles dans les précédents topics, voici l’accalmie qui s’annonce pour moi. En effet, après trois semaines où, tous les lundis, je voyais mon chirurgien, hier, lundi donc, rien : j’ai pas mal, ça saigne à peine, ça commence à cicatriser. L’occasion pour moi de vous raconter les mille et un arrangements que j’ai fait pour vivre malgré ma condition.

canard de bain village people

Depuis le début des complications, j’évite à fond de m’asseoir et d’être allongée sur le ventre. Résultats : je blogue et fais des recherches de thèses debout, et je lis ou regarde des films/séries allongée sur le ventre.

Avouons-le, je passe peu de temps debout car mon dos puis mes genoux et talons me font souffrir, la faute à une position peu confortable que je prends pour ne pas tirer sur ma cicatrice. (dos rond, genoux tendus). Le pire, au début, c’était de monter les escaliers car pour éviter de bouger mes fesses et donc la cicatrice, je margeais en canard et c’est mes cuisses qui prenaient tout (ainsi que mes bras quand j’étais crevée : vivent les rampes pour se tirer ! ^^ ).

Allongée sur le ventre, j’ai l’impression d’être dans un sketch de Florence Foresti : pour peu que je veuille taper un truc sur le Netbook, tenir le livre ouvert ou ne pas être gênée avec les gros écouteurs pour entendre le film en cours, mes bras me gênent. Le clavier de l’ordi est toujours trop bas et l’écran trop haut, le livre n’est jamais posé de manière à pouvoir lire facilement la page de gauche ET la page de droite au même moment, j’ai vite mal au cou en essayant de regarder mes films.

canard-de-bain

Mes meilleurs amis sont maintenant les coussins. J’ai réquisionné tous ceux de la maison pour adapter au maximum les positions de mon corps et de mes accessoires de vie.

J’ai trouvé une technique pour accrocher un coussin en bas de mon dos quand je suis debout, pour pouvoir un peu m’appuyer contre un mur et éviter d’avoir mal.

Je me positionne la tête vers le bas du lit et en diagonale dessus pour regarder des films (comme ça, rien qu’en bougeant un peu le tabouret soutenant mon ordinateur autour du pied de lit, je peux regarder le film la tête en avant, sur un coussin, ou la tête appuyée sur le côté, je peux donc moduler ma vision et donc ma position, et ainsi laisser se reposer mes cervicales).

Pour lire, comme je n’ai pas de pied de lit, j’ai accumulé des classeurs pour pouvoir poser, à hauteur du lit, un coussin et dessus le livre. En calant une peluche sous le coussin, celui-ci est sur-élevé au niveau du haut du livre : il ne me reste plus qu’à tenir celui-ci ouvert et à tourner les pages, tout simplement !

canard-de-bain-ktm

Maintenant que cela va mieux au niveau de ma cicatrice, j’ose m’allonger sur le côté : un traversin derrière mon dos, calé contre le mur, et un coussin derrière mes fesses et je n’appuie sur rien. Très pratique aussi pour regarder des séries, la tête sur un gros coussin, ou pour lire (mais alors il faut encore un coussin et une peluche pour sur-élever le livre ! ).

Pour manger, je mange assise, appuyée en général sur une seule fesse. J’ai vite des fourmis ou les jambes complètement engourdies, donc je ne reste pas longtemps dans cette position. Position très pratique, ceci dit pour mettre de la crème pieds et mes chaussettes, vu que je ne me baisse pas quand je suis debout (mes doigts de pied sont mes amis pour ramasser des trucs par terre puis les jeter sur un endroit plus à portée de mes mains ! ).

D’ailleurs, en parlant de cosmétiques, je n’ai pas encore trouvé comment m’épiler les mollets ni couper ou vernir mes ongles de pied. Pour la crème, c’est allongée sur le ventre, et je ramène mes talons vers mes fesses et étale tant bien que mal le produit !

La douche est elle aussi assez contraignante car je ne veux pas que du gel douche ou du shampooing entre en contact avec ma cicatrice, celui-ci n’étant pas complètement fermée. Alors je me rince la tête décalée par rapport au corps, sur le côté et je vais au plus rapide (heureusement, mon après-shampooing actuel est sans rinçage ! ).

Pour éviter de trop souvent m’asseoir quand je vais au toilettes, j’ai temporairement arrêté de boire des litres de thé par jour, je me contente d’une tasse le matin, une autre après manger et une au moment du goûter.

canard bain chapeau

Mais, le pire, c’est pour dormir. Déjà, à la base, je remue toute la nuit, je me tourne dans tous les sens avant de m’endormir et je ne me réveille jamais dans la position dans laquelle j’étais quand je me suis assoupie. J’ai du mal à bien dormir car je reste vigilante quasiment toute la nuit quant à ma position. Sans parler du fait que l’infirmier / infirmière passe tous les matins, dimanches compris, donc les grasses mat’, c’est fini.

Maintenant, j’ai trouvé la solution pour pouvoir m’allonger à plat ventre dans mon lit : j’ai déstructuré mon linge de lit, je ne dors plus que sous une couverture et une couette, que j’ouvre façon portefeuille pour aller dessous et que je galère encore à refermer après m’être allongée : soit la couette est coincée sous moi, soit elle est trop loin de mon bras pour l’attraper…

Quand je me réveille, le matin, après avoir expulsé comme je peux la couette et la couverture de sur moi, c’est mes biceps et mes abdos qui travaillent pour que je passe de la position “allongée sur le ventre” à “seuls les genoux et mollets sur le lit” :  en fait, c’est comme si je faisais de la gym, je m’aperçois maintenant à quel point on travaille ses fessiers dans la vie de tous les jours ! ^^ Tant mieux car, pour que mon corps puisse plus facilement se réparer, je ne suis pas à la diète

Au final, même si je peux difficilement passer beaucoup de temps à écrire sur le net (que ce soit pour mes blogs ou pour mes mails ou pour mes recherches de thèse), je m’en sors plutôt pas mal, je trouve ! Je manque d’élégance pour rester debout, assise, me relever, marcher… mais il n’y a que moi et ma famille et mon infirmier pour voir cette mamie que je suis devenue ! 🙂

Petits rappels de mes aventures dûes au kyste pilonidal : retrouvez les parties 1, 2, 3, 4, 5 et 6.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Auteur : platinegirl

Cyrielle alias platinegirl. 28 ans, bac +7 en biosciences. Ex-toulousaine, à Exeter (UK) pour sa thèse.

11 réflexions sur « Moi & mes fesses, septième partie »

  1. Coucou ma belle!
    Tu en as encore pour longtemps? ça ne doit pas être évident même si tu sembles t’être pas trop mal adaptée à la situation! J’espère surtout que ça ne te fait pas trop souffrir… la position sur le ventre n’est pas toujours évidente. J’ai du mal à lire comme ça pendant longtemps, ça me donne mal aux lombaires! J’espère que tout va rentrer dans l’ordre rapidement! bon courage

  2. eh bien quelle adaptation tout ça !!! tu es trop forte ! courage pr la dernière ligne droite !!!!! bisous ma belle!

  3. peu à peu les mieux, seront encore mieux ! pas très clair! je te l accorde! mais ça prend le bon chemin !
    j’imagine tes nuits et le sommeil en pointillés! :(car lorsque j ai des problèmes lombaires, pour ne pas me faire mal en me retournant, je ne bouge quasiment pas! donc forcément je me réveille la nuit à cause des douleurs musculaires !car je m efforce de dormir toujours du m^me côté! pas évident ! Courage la “’perfide Albion” se rapproche 😉

  4. Effectivement c’est compliqué !!! ma meilleure amie s’est pété la jambe en fin d’année (enceinte…) et elle aussi a dû faire preuve de beaucoup d’astuces pour le quotidien.
    Courage, tu tiens le bon bout !!!

  5. C’est surtout qu’elle a fait tibia/péroné et qu’ils étaient obligés de l’opérer (elle a une tige de 34cm dans le tibia maintenant). Et comme tout ce qui est médoc c’est pas bon pour le bébé, ils ont pu juste lui faire une petite anesthésie locale et ensuite elle était au doliprane pour calmer la douleur (alors qu’en temps normal on te shoote à la morphine pour un truc du genre !)

  6. Si c’est bien ce qu’ils lui ont fait pour l’anesthésie locale (malgré les risques de fausse couche), mais bon c’est surtout pour avant (elle est restée de 8h du matin à 16h30 avec sa jambe pétée à attendre et après l’anesthésie, quand tout se réveille… Bon heureusement ça paraît un lointain souvenir maintenant et elle a presque fini la rééducation, mais toutes tes astuces m’ont fait penser aux siennes !

  7. Je viens de lire tes aventures de fesses! oh la la ma pauvre ça doit pas être facile!
    ça me rappelle mon aventure! En décembre 2008, j’ai eu un abcès sous un sein qui “fuyait” (je fais dans le glamour moi aussi! :P). Le médecin m’a prescrit des antibio. Malheureusement au bout de quelques jours il s’est refermé et a continué à se développer… J’en pleurais de douleur (on sous-estime cet endroit du corps!), personne ne pouvait me toucher! Résultat : hospitalisation en urgence un 30 décembre! Opération et 2 jours d’hosto (ah les réveils toutes les 2h…). Mon abcès faisait 7 cm de diamètre et la plaie a mis 6 mois à se refermer… Et ça n’est pas fini puisque l’année dernière on m’a réopéré car il revenait et je crois qu’il revient encore! et ça me fait très peur…
    Je te souhaite vraiment que ça aille mieux et que ça guérisse vite! Je t’envoie pleins d’ondes positives! Courage!
    Biz

  8. Les petits gestes de la vie quotidienne sont devenus assez compliqués pour toi. Combien de temps tu vas rester comme ça?
    Bon courage pour tout et surtout fais attention a toi et tes fesses 😉
    Bisous ♥

Laisser un commentaire