Moi & mes fesses, cinquième partie

J’avais terminé de vous parler de mon hospitalisation dans le quatrième volet de ma saga “kyste pilonidal” où je vous disais que je pétais (sic) la forme et que tout allait bien, mis à part quelques complications allergiques et des petits soucis de  mobilité.

canard bain vicking

De mardi à jeudi, en effet, pour éviter de tirer sur ma cicatrice, je m’allongeais sur le côté, je m’asseyais sur les cuisses plus que sur les fesses (avec un coussin dessous), je ne me baissais pas, je montais lentement les escaliers…J’étais lente mais ce n’était pas grave, vu que je n’avais pas mal.

Vendredi et samedi, en contre-partie, mon corps a décidé qu’il en avait marre d’être constamment tordu et a manifesté sous forme de crampes et bleus. Mais ce n’était pas grave, vu que je n’avais pas mal à ma cicatrice. Samedi midi, j’étais debout, ma tête a un peu tourné, je me suis vite assise et tout est rentré dans l’ordre.

En parallèle de tout ça, j’avais des boutons sur tout le corps, qui me démangeaient, sauf à la raie des fesses où mon pansement “à garder jusque dimanche” ne me posait pas de problème.

canard-de-bain-infirmière

C’est hier que cela a empiré car, en me levant de table après manger, j’ai remarqué une trace de sang sur le cousin où je m’étais assise. Je ne me suis pas trop inquiétée, je n’avais toujours pas mal et j’ai continué ma journée normalement. Jusqu’à 18h30 où, après ma douche, ma mère devait s’occuper de mes soins : enlever le pansement, nettoyer la plaie, mettre une crème, remettre un pansement.

Elle a enlevé le pansement et le sang en question semblait mélangé à du pus (synonyme d’infection, mais je ne crois pas avoir de fièvre) vu sa couleur et son odeur pestilentielle. Elle a essayé de nettoyer la plaie mais cela continuait de suinter à travers la cicatrice, et elle n’arrivait pas à déterminer si c’était à cause d’un point qui avait lâché ou pas. D’ailleurs, à l’heure où je vous parle, je ne le sais toujours pas, tout comme je ne sais pas si c’était toute ma cicatrice qui
suinte ou juste un bout, car elle n’arrivait vraiment à rien voir.

Impossible de mettre de la crème sur ce liquide, impossible d’accrocher un pansement, je me balade donc depuis avec une compresse entre les fesses, accrochée de manière très artisanale avec des pansements vu que je n’ai pas de sparadrap…

J’ai essayé d’appeler le chirurgien à cause de l’odeur et de l’abondance du suintement, mais un dimanche soir… Je lui ai envoyé un mail et j’attends 9h pour rappeler.

Pour éviter d’accumuler d’autres ennuis, je suis donc en position allongée sur le ventre depuis hier, avec trois intermèdes debout pour aller aux toilettes (j’évite de boire pour éviter d’y aller trop souvent) ou me reposer le dos et le ventre car, à force, en une nuit à peine, cela fait mal au dos à force de cambrer “naturellement” et mal au ventre qui prend tout le poids du corps… J’ai très mal dormi et regardé les heures défiler sur mon réveil en twittant et écoutant mon mp3. Je n’ai pas mangé depuis hier soir (un morceau de pain, du fromage et un yaourt au soja avec le doliprane) pour me préparer au pire…

Car, oui, j’ai le sentiment de ne pas être venue au bout de mes mauvaises surprises : d’après Internet, il est probable que l’on doive me retirer quelques points pour permettre au flux de s’écouler plus facilement (et éviter l’abcès) ou, pire encore, que l’on me réopère et laisse la plaie ouverte, comme je le craignais dans la partie 1 de cet article, avec la station allongée sur le ventre obligatoire pendant des semaines et surtout le besoin cruel d’antidouleurs surpuissants quand vient l’heure de changer la mèche pour l’infirmière. De plus, nous sommes le 11 février, et dans moins de deux mois, je dois partir en Angleterre et j’ai peur d’avoir encore à reporter mes plans de quelques semaines à cause de la convalescence…

Je vous tiens au courant…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Auteur : platinegirl

Cyrielle alias platinegirl. 28 ans, bac +7 en biosciences. Ex-toulousaine, à Exeter (UK) pour sa thèse.

17 réflexions sur « Moi & mes fesses, cinquième partie »

  1. Tiens-nous au courant oui!! Ne t’inquiète pas outre mesure avant d’avoir revu le chirurgien, seul lui pourra te dire ce qui est le mieux de faire. Si ça se trouve, c’est un peu moins “grave”.. même si je sais que dans ces cas là, on n’y croit pas trop! Gros bisous!

  2. Je ne sais pas quoi dire alors courage :s

    Si tu veux, on peut écrire pleins de commentaires débiles auxquels tu seras obligé de répondre, ça t’occupera 🙂

  3. je te souhaite bon courage (je suis la spé de l’aloé vera ) en effet pas drôle ton truc, je l’ai lu ces jours derniers sur une revue, car à part de toi, je n’en avais jamais entendu parler de cette chose bizarre , tiens bon, j’espère qu’on trouvera une solution pour que tu ailles mieux bien vite, de toute façon ,il ne faut pas rester avec de l’infection (je me remet d’une prothèse de genou complète , posée fin août et je ne rigole pas tous les jours non plus , à croire que c’est tjs aux mêmes qu’il arrive des blagues !! je me retrouve avec une jambe plus courte que l’autre , tu vois ça !! ) bon , j’espère que tu vas aller bien très vite , que l’on va te trouver la solution pour te soulager !!! , courage de nouveau et bises ,

  4. j’espère que tu vas aller de mieux en mieux !!
    pour moi, j’avais 5 cm d’écart entre les 2 jambes donc je me tenais sur la pointe du pied ,maintenant il reste 1 cm de différence ce qui me fait boiter,je vais retourner chez le kiné ,il va tirer dessus ? on verra bien..sinon je mettrai des talonnettes !!! ..je crois que le chirurgien a coupé un peu trop….bon courage, heureusement que tu aime lire …bises Pénélope

Laisser un commentaire