Livre de l’imaginaire # 62 : Felicity Atcock 3 – Sophie Jomain

Felicity-Atcock-tome-3

Vu que mon article se fait déjà long (avec pas mal de hors-sujet…), allons-y direct : il concerne Felicity Atcock 3 de Sophie Jomain, Les anges sont de mauvais poils. Bonne lecture !

Quatrième de Couverture :

La fièvre du samedi soir a brûlé et mon jardin se retrouve une nouvelle fois envahi par les vampires. J’aurais dû savoir que j’allais au-devant de sacrés ennuis en acceptant de les héberger. Ma stupidité me perdra, me voilà encore plongée dans une histoire que j’aurais préféré éviter. Ce coup-ci, ce sont les changelings qui me tournent autour et ils ne sont pas de très bon poil. En ajoutant deux ou trois fées au décor, un fiancé mégalo et un lycan sexy à mourir, c’est l’explosion assurée. Il n’y a pas à dire, je suis un authentique aimant à problèmes.

Mon avis :

La saga Felicity Atcock de Sophie Jomain est l’une de mes préférées… tout genre confondu. J’avais vraiment craqué pour son tome 1 Les anges mordent aussi, mon coup de coeur s’était confirmé avec le tome 2 Les anges ont la dent dure… et me voilà à vous parler un peu du tome 3 Les anges sont de mauvais poils, des années après sa parution, des années après l’avoir lu.

Vous devez vous demander pourquoi j’ai mis tant de temps à prendre le clavier pour vous donner mon avis sur ce livre. Vous devez vous dire que, peut-être, il ne m’a pas autant transporté que les précédents. Pas du tout, en fait, la raison de ce délai est la suivante : je ne savais pas exactement à qui s’adresserait cette chronique. Laissez-moi vous expliquer.

Quand je chronique un livre unique (one shot) ou le tome 1 d’une saga, je veux le faire découvrir à tout le monde. Parce qu’il peut être lu directement par n’importe quel lecteur.

Quand je chronique un tome 2, je me dis que j’écris ma chronique pour ceux qui ont lu le tome 1 (ceux qui l’ont aimé voudront certainement savoir si la qualité perdure, ceux qui ont été un peu déçus voudront savoir si l’auteur ou l’univers s’est bonifié avec le temps), mais aussi pour ceux qui n’ont pas encore osé lire le 1er tome, par peur que l’univers se casse la figure en cours de route avec un tome 2 décevant au point de regretter d’avoir perdu du temps à lire le tome 1.

Mais, à partir du tome 3, le lecteur de ma chronique est certainement quelqu’un qui a lu les tomes 1 et 2 de la saga (ou au moins le tome 1). Parce que le non-lecteur qui n’a pas craqué devant mes deux premières chroniques dithyrambiques a peu de chances de lire une troisième chronique… ou peut-être voudra-t-il juste savoir si j’ai aimé ou pas, sans plus de détails pour ne pas être spoilé et juste savoir si, oui ou non, sa décision de ne pas (encore) lire la saga était la bonne.

Bref, quel qu’il soit, ici, mon lecteur, il ne me veut certainement pas entrer dans les détails, je n’ai plus qu’à lui dire : “vas-y fonce, c’est toujours de la bonne came, mon pote”. Et, franchement, c’est une phrase trop courte pour être appelée “chronique”, non ?

Alors je me dois de “faire un effort”… qui sera certainement juste apprécié par ceux qui ont déjà lu ce livre, et qui veulent peut-être voir leurs propres impressions se confirmer… ou pas.

J’ai énormément aimé Les anges sont de mauvais poils. Certainement parce que je suis fana de cette saga… mais aussi parce que Sophie Jomain sait me détendre tout en me touchant émotionnellement parlant. Dans ce tome, Felicity devient plus mature et donc affronter une péripétie personnelle que je n’ai pas vue venir, probablement parce que je me vois bien en elle et je ne suis pas prête à affronter un tel changement moi-même. Cela commençait mal… mais Felicity a su me garder auprès d’elle, Sophie a su me transporter dans cette nouvelle situation avec délicatesse.

Les pages se sont tournées d’elles-même, je voulais en savoir plus… et surtout arriver à comprendre la dynamique entre les différentes nouvelles espèces fantastiques qui apparaissent dans ce tome. Malgré une explication en bonne et due forme de Sophie dans le livre, j’avoue que j’ai du revenir plusieurs fois en arrière, au niveau de cette explication, pour arriver à comprendre, à différencier ces nouveaux venus. Ceinwèn dans sa chronique parle d’ailleurs d’un même soucis de compréhension, probablement dû au fait que Sophie Jomain crée ici son propre univers, et ne s’appuie pas forcément à 100% sur les croyances populaires.

Malgré tout, j’ai passé un excellent moment de lecture, et avalé par la suite le tome 4 de cette saga. Mais, ça, c’est une autre histoire, que je vous conterai d’ici quelques semaines !

La note de l’addicte : 5-Etoiles

Et vous, vous avez découvert Sophie Jomain ? Vous attendez quoi ? 😀

Cliquez pour retrouver ce livre en vente :

Rendez-vous sur Hellocoton !

Auteur : platinegirl

Cyrielle alias platinegirl. 28 ans, bac +7 en biosciences. Ex-toulousaine, à Exeter (UK) pour sa thèse.

3 réflexions sur « Livre de l’imaginaire # 62 : Felicity Atcock 3 – Sophie Jomain »

Laisser un commentaire