Polar # 30 : Lady Julia tome 1, Le silence de Grey House

lady-julia-1.jpg

Je vous propose, pour changer, de découvrir un roman policier, “Le silence de Grey House” de Deanna Raybourn (édition Milady Romance vendu 8,70 euros). Comme vous le constaterez dans mon article… je ne m’attendais pas à ce que ce livre soit rempli de mysteres… mais il ne m’a pas déplu pour autant !

Quatrieme de couverture :

Amour et châtiment dans l’Angleterre victorienne…
Londres, 1886. Après avoir reçu une lettre de menace, sir Edward Grey s’effondre et meurt en la présence de son épouse, lady Julia, et d’une assemblée de convives.
Quelque temps plus tard, Nicholas Brisbane, détective privé au charme animal, rend visite à lady Julia et lui laisse entendre que son mari aurait été assassiné.
Déterminés à démasquer le coupable, tous deux s’engagent dans une quête de la vérité qui se révélera aussi surprenante que dangereuse…

Mon avis :

D’habitude, quand j’ai du mal à ecrire une chronique, c’est parce que je n’ai pas forcément aimé ma lecture. Force est de constater que j’ai eu du mal à debuter l’écriture de cet avis pour la raison contraire : j’ai adoré ma découverte et je n’arrivais pas à trouver les mots justes pour vous le faire comprendre sans ambiguïté. Vous me direz, à la fin de la chronique, si je vous ai convaincu ou pas !

Vous le savez, j’adore les romans de Milady Romance. Tant et si bien que je fonce les yeux fermés pour les découvrir et que, donc, je ne me base que sur leurs couvertures pour décider de mes lectures. Autant dire que, au vu de cette couverture, et connaissant les genres de prédilections de cette collection, je m’attendais à une romance historique, se passant à Londres et où l’heroïne tomberait folle amoureuse d’un Lord… avec ou sans passages coquins, avec ou sans intrigues sous-jacentes. J’aurais dû prendre en compte le côté sombre de cette couverture… et le mot « silence » présent dans le titre car c’étaient de bons indices pour me signifier… que ce roman est surtout un roman policier historique !

Quelle surprise ! Quel choc ! Je me rappelle précisement du moment où j’ai débuté ma lecture. L’heroïne était en train d’assister à la mort de son mari et je me disais qu’il était peut-être tyrannique, ou vieux, ou les deux. Pas du tout, j’ai été profondément surprise de constater que l’heroïne était vraiment proche de son défunt epoux, mort dans toute la force de sa jeunesse. Et je ne m’attendais pas a ce que ce décès soit un meurtre sur lequel elle allait enquêter !

J’avais raison, cependant, sur une chose : ce roman se passe bien il y a quelques centaines d’années à Londres ! A cette époque, les femmes n’étaient pas censées fourrer leur nez partout et j’ai apprecié le personnage de Lady Julia qui, justement, fait fis des convenances pour trouver le coupable du meurtre. J’ai adoré le fait que ce ne soit pas, au début, une heroïne tout feu tout
flamme, c’est juste une femme ordinaire qui veut une vie simple et paisible… mais qui dévoile un fort caractère dans l’adversité. Cela change des personnages un peu trop « caricaturaux » à
la Elizabeth Bennet (et vous savez comment j’adore les personnages de Jane Austen).

Avant de terminer cette chronique, j’aimerais ajouter deux choses sur la forme de ce roman. J’ai apprecié l’écriture de l’auteure. Elle se lit facilement mais a un petit quelque chose de special, je m’en suis aperçu des la première page. C’est un peu poétique par moments, dans le choix des adjectifs ou des paraphrases… mais totalement accessible ! De plus, l’auteure a eu la bonne idée de nous cacher des détails, par-ci par-là, qui nous font nous intéresser d’autant plus à l’histoire. On voit que quelque chose manque… donc on s’interroge et on tourne de plus en plus vite les pages pour satisfaire notre curiosité. C’est vraiment très sympa pour rendre la lecture interactive (et éviter de nous faire découvrir l’identité du coupable dès le premier chapitre).

Bref, vous l’aurez compris, ce premier tome de Lady Julia m’a convaincu. Je vous invite donc à tenter vous aussi votre chance via la lecture de ce roman !

La note de l’addicte : 5 Etoiles

Et vous, vous avez envie de découvrir ce roman ?

Cliquez pour le retrouver en vente ici : Lady Julia, T1 : le Silence de Grey House

Rendez-vous sur Hellocoton !

Auteur : platinegirl

Cyrielle alias platinegirl. 28 ans, bac +7 en biosciences. Ex-toulousaine, à Exeter (UK) pour sa thèse.

1 pensée sur “Polar # 30 : Lady Julia tome 1, Le silence de Grey House”

Laisser un commentaire