Livre de l’imaginaire numéro 9: Belle – Robin McKinley

belle-robin-mckinley.gif

Tout d’abord, je remercie tous les gens qui sont venus découvrir mon blog via Hellocoton, hier. Merci aussi à mon site fétiche de m’avoir mis en première page “culture” grâce à ma chronique de “Persuasion” (ICI).

Vous le savez, je suis en révision, et même si j’adorerais vous parler d’une certaine crème mains, d’un certain complèment alimentaire liquide, d’une demi-douzaine de livres dont je n’ai pas encore parlé et ce, nulle part, je fais la part belle à mes examens… Aussi, je me permets de partager avec vous ma chronique de “Belle” de Robin McKinley, écrite pour Lire Ou Mourir (ICI) il y a quelques semaines suite à un partenariat avec les éditions Mnémos (collection Dédales) qui vendent ce superbe roman pour 17 euros hors remise libraire.

Quatrième de couverture:

Belle était loin d’être aussi jolie que ses soeurs. A quoi bon ? Aux soirées mondaines, aux robes somptueuses, elle préférait les chevaux et les auteurs anciens.

Quand son père se trouva ruiné, elle en fut réduite à aller avec sa famille habiter une pauvre maison, dans un village au fond des bois. Tous auraient pu vivre ainsi, heureux d’une existence loin du luxe et des lumières de la ville, mais le destin s’acharna une fois encore sur eux. Quand son père revint au foyer avec l’histoire d’un château magique et de la terrible promesse qu’il avait dû faire à la Bête qui y vivait, Belle partit de son plein gré affronter le monstre et sa question sans cesse répétée : « Belle, voulez-vous… ? » Ceci est son histoire… une histoire d’amour et de rêve.

Mon avis:

Avant de vous parler de ce livre, je tiens à vous avouer que le dessin animé Disney “La Belle et la Bête” est mon favori. Je le regarde encore si souvent que je connais sur le bout des doigts son histoire, ses chansons et ses personnages. Alors inutile de vous dire combien j’étais excitée à l’idée de lire cette réécriture de mon conte favori!

Ce livre, en tant qu’objet, est beau et mystérieux. Il est assez fin et léger pour un livre de presque 250 pages en format broché. Sa couverture est splendide, on y voit le corps d’une jeune femme aggripée par les pattes d’une bête. Vous noterez, comme moi, le fait qu’on ne voit pas le haut de son visage, une chose en totale adéquation avec l’histoire, j’apprécie vraiment le fait que l’illustrateur ait tenu compte de cela pour cette couverture!

L’histoire commence par la présentation des personnages avant leur revers de fortune. On y découvre alors Belle, son père et ses soeurs. Cette mise en place de ces personnages principaux dans leur habitat naturel est parfaite et introduit bien la suite, fâcheuse, des événements. On peut alors comprendre leurs réactions ainsi que les pensées intimes de Belle. J’en profite pour gisser ici le fait que ce roman a été écrit à la première personne, ce qui nous permet de mieux nous glisser dans la peau de notre héroïne!

 

Durant toute ma lecture de ce roman, je ne cessais de penser à mon dessin animé préféré, en ayant peur d’être déçue car il est certain que ce n’est pas la version Disney de ce conte qui a été réécrite. Cependant, mes peurs étaient sans fondement dans la mesure où j’ai aimé découvrir tous les détails que je ne connaissais pas du conte: le jeu avec les prénoms des personnages et animaux, la raison de la venue de Belle dans le village, le quotidien de Beelle auprès de la Bête, l’étendue des pouvoirs de la Bête…  J’allais de surprise en surprise, comprenant par moments des choses qui étaient restées floues avec le dessin animé. Et retrouvant, bien souvent, des scènes-phares de ce dernier,
scènes par ailleurs très bien retranscrites et qui donnent envie de le revoir illico!

Une personne qui ne connait pas ce conte sera aussi séduite que moi par cette histoire, dans la mesure où elle ne s’attend pas à de l’action digne des grands cycles de fantasy! Ma lecture ne m’a pas ennuyée, au contraire, il y a de nombreuses surprises dans le corps de l’histoire ainsi que des mystères qui restent secrets jusqu’à leurs dénouements en toute fin de livre. De plus, les cheminements de pensées de Belle sont vraiment agréables à découvrir, on ne peut s’empêcher de se demander ce que l’on ferait dans son cas! D’ailleurs, j’étais tellement plongée dans ma lecture que j’ai vécu toutes les émotions de Belle, riant, souriant, rêvant, m’interrogeant, pleurant même en choeur avec elle!

L’écriture du livre est très agréable à parcourir, elle est adaptée aux normes de notre époque (ce n’est donc pas du vieux français, ouf!), sans pour autant être anachronique avec l’époque de l’action, notamment grâce à l’emploi de mots et expressions d’antan (exemple: “Père” avec une majuscule quand Belle y parle de son père) ainsi que par les dialogues réalistes (vouvoiement de rigueur…). Les dialogues, justement, permettent de donner vie au roman, même s’ils sont finalement assez courts à chaque fois. Autre point scénaristique important, l’auteure n’a pas hésité à intégrer à son histoire des références aux auteurs de toutes les époques (Grèce antique, époque contemporaine à Belle et notre propre présent), grâce à la magie du château de la Bête. Comme souvent avec les références qui nous sont familières, j’ai noté que cela donnait plus de profondeur au roman, nous permettant de mieux nous immerger dans sa lecture!

Je terminerais en conseillant ce livre aux amateurs de contes et légendes, et pas seulement aux fans de “La Belle et la Bête”. J’ai eu plaisir à découvrir le talent de réécriture de Robin McKinley et j’ai d’ores et déjà des vues sur d’autres de ses romans!

La note de l’addicte: 5 Etoiles

Et vous, vous aimez le dessin animé “La Belle et la Bête”? Lire ce livre lui donnera encore plus de saveurs, croyez-moi…

Cliquez ici pour retrouver ce livre en vente:  Belle

Ce livre a été lu avec grand plaisir, mais aussi dans le cadre des challenges suivants:

– Challenge Magie et Sorcellerie (ICI et LA) et

– Challenge Réglons nos Contes (ICI et LA)

challenges-belle.jpg

 

 

Auteur : platinegirl

Cyrielle alias platinegirl. 28 ans, bac +7 en biosciences. Ex-toulousaine, à Exeter (UK) pour sa thèse.

2 réflexions sur « Livre de l’imaginaire numéro 9: Belle – Robin McKinley »

  1. Je suis également fan du Disney La Belle et la Bête, c’est un pur chef d’oeuvre. J’avoue que c’est grâce à ca que j’ai lu ce livre, par curiosité, voir si cette histoire serait un remix du dessin animé.
    Cette lecture a été un réel plaisir.

Laisser un commentaire