Truc # 51 : Lingettes intimes FemFresh

lingettes intimes femfresh

Aujourd’hui, une fois n’est pas coutume, on va parler de choses intimes. Mais pas forcément comme vous l’imaginez !

En fait, j’avais reçu ces lingettes intimes FemFresh dans une betrousse et je voulais les tester pour vous en parler (même si je n’utilise jamais ce type de produit au quotidien). Finalement, j’en ai eu une utilité on-va-dire parallèle à leur fonction première. Au lieu de les utiliser pour rafraîchir mon minou, je les ai vidées en moins de deux pour nettoyer mes fesses après mon opération du kyste pilonidal, suite à mes soucis de transit intestinal

Je ne saurais donc vous dire si elles sont assez douces pour la zone sensible de notre anatomie pour laquelle elles sont dédiées, mais j’imagine que c’est bel et bien le cas vu qu’elles ont pu s’occuper de ma plaie ouverte sans problème… et surtout sans que cela ne pique !

J’ai adoré le fait que ces lingettes sont biodégradables et se jettent donc dans les toilettes. Vu mes soucis digestifs, c’était une condition sine qua none à mon test. J’aime moins leur prix prohibitif (1,95 euros les 10 lingettes ! ), surtout car je pense qu’elles doivent être proches de leurs cousines les lingettes pour bébé, qui sont bien plus accessibles à toutes les bourses… mais évidemment moins facilement transportables dans le sac, incognito…

Au final, si vous avez l’utilité de telles lingettes, je vous les conseille… par exemple lors d’un festival ou si vous découchez ou si vous avez des règles super abondantes. Mais, sinon, vous pouvez tout autant vous en passer sans passer pour la fille crade de service : une douche quotidienne suffit amplement à la majorité d’entre nous – la majorité du temps, et elle permet de ne pas fragiliser notre flore microbienne, qui nous protège des méchantes bactéries (foi de microbiologiste).

La note de l’addicte :3-etoiles

Et vous, vous utilisez des lingettes intimes ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Auteur : platinegirl

Cyrielle alias platinegirl. 28 ans, bac +7 en biosciences. Ex-toulousaine, à Exeter (UK) pour sa thèse.

Laisser un commentaire