Déodorants # 27 à 30 : Battle entre Vaseline, Rexona et une pierre d’alun

deodorants

Vous le savez si vous me suivez régulièrement, les déodorants et moi, ce n’est pas une histoire d’amour. Pourtant, je ne transpire pas tant que ça, mais je veux garder mes aisselles au sec toute la journée et surtout ne pas sentir mauvais. Au passage, si possible, j’aimerais que cela ne décolore pas mes tops. Est-ce demander la lune ?

On dirait bien car, encore une fois, je vous propose la battle de la honte entre les déodorants que j’ai testés récemment. Je vais vous en présenter quatre, plutôt brièvement car ils ne méritent pas qu’on perde notre temps avec eux.

Je les ai tous testés en températures non-caniculaires, sans être trop habillées, en faisant, ou pas, du sport. Le test de base est mon trajet jusqu’à la fac, 20 minutes de marche à peine rapide, avec une petite côte sur la fin. Techniquement, cela fait donc peu de temps que j’ai appliqué le déo… On notera que j’ai les mêmes résultats au retour, en descendant la côte, donc…

On a donc, pour commencer, trois déos compressés, sans alcool, achetés en Angleterre. L’un d’eux est un Vaseline Active Fresh (48h, mon oeil, de protection anti-transpirante), les deux autres sont des Sure / Rexona. Le noir est le Crystal Invisible Diamond anti-tâches blanches et jaunes, alors que le rose se dit Protection Longue Durée et sentirait l’abricot. On notera que le noir propose 48 heures de protection anti-transpirante, tout comme le second qui, lui, a en plus un système détecteur de mouvement = il est censé s’activer si on bouge.

Je vais être claire : mes aisselles étaient trempées lors de mon test de base, aller ou retour. J’avais donc des auréoles d’humidité sous mes bras moins d’une heure après avoir appliqué le déodorant ! Aucun n’a bousillé mes tops sur le long terme… et celui qui est censé sentir bon ne sent pas du tout l’abricot, il sent juste le déo de base. Pire encore, certains jours, je ne sentais pas la fleur en milieu de journée, autant dire que je ne suis pas contente… et que je l’étais moins quand j’avais le malheur de vouloir aller faire un peu de sport !

J’ai donc ressorti mon déodorant solide à base de pierre d’alun, acheté et testé préalablement en 2013 (aucune idée de la marque). A l’époque, j’avoue, je ne savais pas l’utiliser. Je le passais donc, sec, sur mes aisselles et, évidemment, non seulement ce n’était pas agréable, mais en plus ce n’était pas efficace.

J’ai depuis appris qu’il fallait l’humidifier, préalablement… J’ai testé ce déodorant solide à nouveau, comme il le faut, et… c’est toujours pas terrible. Non seulement j’ai l’impression que mes aisselles sont sales après application, mais en plus je ne vois pas la différence avec un déodorant classique, niveau odeur ou humidité (je sais bien que la pierre d’alun n’est pas censée arrêter la transpiration). Bref, ce déo à la pierre d’alun n’a pas changé ma vie et le rapport bénéfices / désavantages comparé à un déo classique plus facile à appliquer n’est pas à son avantage… je ne le conseille donc pas, malgré son côté écologique et santé.

Au final, quelle surprise, je n’ai toujours pas trouvé le déo rare la perle rare en matière de déodorants. J’ai envie de laisser tomber, mais je suis une testeuse dans l’âme… A très vite pour de prochaines aventures !

La note de l’addicte pour tous : 1-etoiles

Et vous, vous en avez pas marre d’avoir les aisselles humides ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires sur « Déodorants # 27 à 30 : Battle entre Vaseline, Rexona et une pierre d’alun »

Laisser un commentaire