Truc # 34 : Baumes après-rasage – Williams

Baumes-apres-rasage-Williams

Je vous rassure tout de suite, je n’ai toujours ni moustache ni barbe ! C’est mon père qui a testé récemment deux des baumes apres-rasages de Williams (100mL, 6 euros environ pièce) et a bien voulu répondre à mes questions pour les conseiller à vos amis les hommes !

Avant ce test, il connaissait bien évidemment la marque Williams mais n’avait jamais entendu parler de ces baumes, Energy et Sensitive. Il utilisait alors le baume après-rasage de Nivea Men, gamme peau sensible et en était assez content, même si la bouteille se finissait vite (bouchon trop large) et qu’elle semblait fragile (il faisait gaffe à ne pas la laisser tomber au sol).

Justement, le packaging de ces baumes Williams est mieux concu, avec un flacon de juste taille, et surtout moins fragile à la casse. Il tient bien en main et mon père apprécie beaucoup son goulot qui permet de bien doser la quantité à utiliser. C’est bien plus économique que Nivea Men, dont la bouteille avait la même contenance mais se vidait plus vite (et était plus chère). Mon pere regrette simplement que le produit soit vendu dans un carton, ce qui n’est pas très écologique…

Après le rasage, appliquer ce soin rafraîchit instantanément la peau, grâce à sa texture semi-liquide. Elle sent alors très bon et surtout ne colle pas. Je cite mon papa : “C’est un moment de plaisir à chaque fois que je m’en sers.”. Il a une legère préférence pour le baume Energy qui est plus frais sur la peau et sent plus longtemps sur celle-ci.

Etant donné que ces deux baumes le satisfont pleinement et sont vendus moins chers que son précédent favori, il a décidé de les adopter en alternance : une bouteille d’Energy puis une bouteille de Sensitive. Il leur donne la note de 4,5 / 5.

Retrouvez les baumes après-rasage de Williams en vente en grandes et moyennes surfaces.

Merci à Violette pour ce test !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Auteur : platinegirl

Cyrielle alias platinegirl. 28 ans, bac +7 en biosciences. Ex-toulousaine, à Exeter (UK) pour sa thèse.

Laisser un commentaire