Salon de thé # 16 : Okini – Toulouse

okini-dedans.png

Okini, c’est un petit salon de thé japonais situé rue des Tourneurs, près de la place Esquirol à Toulouse. Quand j’y suis allée, j’avoue que je ne savais pas trop à quoi m’attendre vu qu’il faut traverser un couloir un brin délabré puis descendre à la cave par un escalier orné de sable pour entrer à Okini !

Cependant, ce petit passage pas très ragoûtant nous cache un salon de thé décoré comme au Japon (ou comme j’imagine le Japon). On doit ôter ses chaussures pour ensuite marcher sur le sol pieds nus (ou en chaussettes), on peut s’installer confortablement sur des coussins à même le sol pour manger sur des petites tables basses. Mauvaises odeurs de pied s’abstenir, je rappelle qu’on se situe dans la cave, il ne sera pas possible d’ouvrir les fenêtres pour s’aérer ! On notera au passage que, niveau odeur, on évite le cas de l’odeur de cuisine qui nous suit partout, ce que l’usage du micro-ondes pourrait expliquer…

soupe-fraiche-okini.png

J’ai visité cet endroit il y a un petit moment déjà, mais j’ai gardé mes notes, j’en suis ravie car, sinon, je n’aurais pas été capable de vous dire ce que j’ai dégusté à Okini ! Il était midi pile, j’étais la première à me frayer un passage dans la salle et je me suis attablée près d’une étagère creusée à même le mur, étagère qui comportait de quoi me distraire pendant mon repas : on y trouve des bibelots asiatiques, des collections kawaii, des mangas… !

plat-okini.png

A Okini, du moins le jour où j’y suis allée, il n’y a qu’un seul plat disponible (mais plusieurs desserts au choix). Par chance, ce jour-là, c’était des mets qui me tentaient : une mini-soupe fraîche (de nouilles japonnaises, de concombre, de tomates cerises) suivi du riz avec des oeufs brouillés au poulet et à l’oignon. En dessert, j’ai pris des dorayakis : des sortes de pancakes fourrés à la pate de haricots rouges. Le tout dégusté avec un bon thé vert sencha.

dessert-okini.png

Si je me suis régalée, j’ai surtout apprécié cette expérience pour son originalité. Cet endroit est vraiment particulier, on oublie que l’on se trouve en plein centre ville de Toulouse, qu’il y a une canicule estivale, que le boulot reprend juste après… Une adresse à tester, sans nul doute, mais n’oubliez pas de passer au distributeur avant, la CB n’est pas acceptée.

Auteur : platinegirl

Cyrielle alias platinegirl. 28 ans, bac +7 en biosciences. Ex-toulousaine, à Exeter (UK) pour sa thèse.

Laisser un commentaire