Polar # 29 : La mort s’invite à Pemberley – PD James

mort_pemberley.jpg

Je vous propose aujourd’hui de découvrir un petit roman de 400 pages vendu 7,60 euros. Edité chez Le Livre de Poche, “La mort s’invite à Pemberley” interpèle les amoureux de Jane Austen, Pemberley étant le chateau de Mr Darcy… PD James a-t-elle osé tuer un personnage d’Orgueil et Préjugés ?

Quatrième de couverture :

Rien ne semble devoir troubler l’existence ordonnée et protégée de Pemberley, le domaine ancestral de la famille Darcy, dans le Derbyshire, ni perturber le bonheur conjugal de la maîtresse des lieux, Elizabeth Darcy. Elle est la mère de deux charmants bambins ; sa sour préférée, Jane, et son mari, Bingley, habitent à moins de trente kilomètres de là ; et son père adulé, Mr Bennet, vient régulièrement en visite, attiré par l’imposante bibliothèque du château.
Mais cette félicité se trouve soudain menacée lorsque, à la veille du bal d’automne, un drame contraint les Darcy à recevoir sous leur toit la jeune soeur d’Elizabeth et son mari, que leurs frasques passées ont rendu indésirables à Pemberley. Avec eux s’invitent la mort, la suspicion et la résurgence de rancunes anciennes.

Mon avis :

Aujourd’hui, je souhaitais vous parler de “La mort s’invite à Pemberley”, un roman de P.D. James qui a voulu mettre en scène une sorte de suite policière au fameux roman “Orgueil et préjugés” (O&P) de Jane Austen. J’avoue, je ne savais pas trop quoi penser de cette initiative particulière avant de commencer ma lecture… et j’avoue que je ne sais pas trop quoi en penser même après avoir dévoré ce livre ! Je vous explique tout ça…

Ce roman est paru il y a peu en poche chez “Le Livre de Poche”. Très bon point car le format est pratique, la qualité au RDV, la diffusion large et le prix tout mini. J’ai apprécié la couverture sombre de ce roman, qui rappelle la campagne anglaise victorienne vue par Joe Wright (réalisateur du film O&P), mais j’avoue avoir redouté d’ouvrir ce roman car, disons-le clairement, mes envies littéraires du moment sont plutôt portées vers la romance et/ou la chick lit. Néanmoins, sachant que ce roman me permettrait de retrouver Miss Elizabeth Bennet devenue Lady Elizabeth Darcy, je me suis installée confortablement dans mon lit et j’ai commencé ma lecture.

J’ai tout de suite apprécié ma lecture, notamment grâce au “résumé des aventures précédentes” du début : celui-ci est écrit du point de vue des ragots de Longburn (une sorte de réécriture de cette histoire d’amour comme quoi, finalement, Elizabeth a tout manigancé, dès le début, pour se marier avec Darcy, si si !) et apporte une touche d’humour vraiment agréable, parfaite pour se détendre, dans le style ironique de Jane Austen. De plus, cela permet aux gens qui ne connaissent pas O&P de découvrir vite fait son histoire avant de se lancer dans cette “suite”.

Je rigolais toute seule durant ma lecture, j’étais prise au piège, les pages se tournaient toutes seules et j’ai donc pu découvrir l’intrigue de ce roman-là.

Quelques années après l’épilogue de O&P, Elizabeth organise un bal à Pemberley et, la veille au soir, quelqu’un est tué dans les bois. Si toutes les preuves semblent se tourner vers l’infame
Capitaine Wickham, Elizabeth n’est pas sûre de sa culpabilité…

Dit comme cela, on croirait se trouver devant un “vrai” roman policier, mais il n’en est rien. Un peu à la manière de Hercule Poirot, Elizabeth va essayer d’analyser les faits pour comprendre ce qu’il s’est vraiment passé… mais on est bien loin, ici, du charme de ce cher Poirot, si éloquent, si intelligent (on est d’accord, je ne critique pas Elizabeth, là ! ). En fait, l’énigme n’en est pas vraiment une, l’enquêtrice n’a rien de la Alice de Caroline Quinn, on dirait juste que P.D. James a voulu à tout prix écrire un roman policier dans cet univers et qu’elle a continué à le faire même après s’être aperçue qu’elle ne pouvait pas changer Lizzie du tout au tout, ni changer les conventions de l’époque.

Je ne dirais pas que je me suis ennuyée durant ma lecture, car cela n’a pas été le cas, mais il lui a manqué un gros quelque chose pour en faire un “vrai” roman policier, et un petit je-ne-sais-quoi pour retrouver vraiment l’univers de Jane Austen. A mon humble avis, il manquait ça-et-là des détails linguistiques et même de décor pour rendre les choses plus crédibles, pour nous faire croire que, oui, Jane Austen aurait très bien pu écrire ce roman.

Vous l’aurez compris, si j’ai apprécié ce petit rappel de l’univers de Jane Austen, j’ai néanmoins trouvé que ce roman était moins crédible et intéressant que je ne l’espérais et je ne suis pas très partante pour vous en conseiller sa lecture, même si vous êtes fans de Jane Austen !

La note de l’addicte : 3 étoiles

Et vous, vous aimeriez découvrir ce roman policier pas comme les autres ?

Cliquez pour retrouver ce livre en vente : La mort s’invite à Pemberley

Auteur : platinegirl

Cyrielle alias platinegirl. 28 ans, bac +7 en biosciences. Ex-toulousaine, à Exeter (UK) pour sa thèse.

4 réflexions sur « Polar # 29 : La mort s’invite à Pemberley – PD James »

  1. je l’ai beaucoup aimé. ce n’est pas du jane c’est sur mais ça a le mérite de nous ramener dans cet univers ^^ après oui, c’est niveau austen ni vraiment un policier mais un mix des deux donc ça ne me choque pas trop au final même si ce n’est pas mon livre préféré ^^

Laisser un commentaire