Polar # 24 : Déjà Dead – Kathy Reichs

deja-dead-uk.jpg

Je n’avais pas réalisé que cela faisait si longtemps que l’on n’avait pas parlé polar sur le blog ! Comme quoi, les mois se suivent mais ne se ressemblent pas ! Celui dont on va parler aujourd’hui, je voulais le lire depuis belles lurettes, c’est le tome 1 de la saga Temperance Brennan de Kathy Reichs, qui a inspiré la série “Bones”… mais j’avoue ne pas trop savoir pourquoi ! Vous le trouverez facilement à bas prix en poche en France, de mon côté, je l’ai eu en promo en UK.

Quatrième de couverture :

Anthropologiste judiciaire, Temperance Brennan n’aura pas le tranquille week-end qu’elle l’espérait. Convoquée d’urgence, elle doit examiner les restes d’une femme découpée en morceaux, que la police vient de découvrir dans l’ancien parc du Grand Séminaire. A partir de ces éléments macabres, elle tente d’identifier la victime. Les ressemblances entre ce crime et celui d’une jeune fille commis un an plus tôt la persuade de l’existence d’un tueur en série. Cette thèse est d’abord combattue par les policiers mais la découverte d’un autre cadavre réussit à les convaincre. Les meurtres continuent et à la suite d’une erreur du tueur, Temperance se lance sur la piste. Elle ignore encore qu’elle figure en bonne place sur sa liste, comme future victime.

Mon avis :

Je voulais lire depuis bien longtemps ce premier tome de la saga Temperance Brennan de Kathy Reichs, à cause de la série TV dont il est l’inspiration : Bones. J’étais en Angleterre lorsqu’il a sauté dans mon caddie à cause de son prix tout léger. Mon avis général portera sur la version anglaise du livre (au titre éponyme) mais ma chronique de son contenu serait identique entre les deux versions, vu mon niveau d’anglais (sans fausse modestie).

Je n’irai cependant pas jusqu’à dire aux lecteurs français que c’est le roman le plus facile à lire en anglais, mais on est vraiment bien lotis quand on a un niveau assez bon dans la langue de Shakespeare (je vous rassure, cela n’a rien à voir avec le vieil anglais de cet auteur) ! Les pages se sont tournées toutes seules durant mon séjour en Angleterre, je regrette jusque le fait que ce n’est pas un livre qui tient éveillée quand on a 6 heures de bus devant soi (pour info, j’ai lu une demi-douzaine de livres dans ces conditions, et aucun n’a réussi à résister au sommeil qu’engendre ces monotones voyages).

Si vous connaissez Bones, vous serez surpris de constater, comme moi, que cela n’a rien à voir avec le livre ! Certes, l’héroïne est une scientifique de la criminelle, spécialisée dans les cadavres. Mais les ressemblances s’arrêtent là, tant au niveau des personnages secondaires, des institutions présentes, de la localisation de l’action (Québec) et de la vie privée de Temperance. Je dirai même que le personnage en lui-même est différent entre les deux supports tant les caractères semblent divergeants. J’ai une légère préférence pour la Temperance de la série, évidemment, elle a une intelligence vraiment hors-norme et j’adore son côté “autiste”.

Une fois passée cette légère déception (si je suis à jour avec la série TV, c’est parce que je l’aime, alors j’espérais prolonger le plaisir avec ce livre), on entre vite dans l’action et on découvre ce nouvel univers et ceux qui le peuplent. Comme le dit si bien le résumé, Temperance va vouloir fourrer son nez là où il n’est pas attendu… et cela risque de chauffer pour ses arrières ! Fort heureusement, l’intrigue est assez poussée : on ne découvre pas l’identité du méchant dès le début. L’atmosphère de ce livre est assez pesante, elle fait parfois froid dans le dos.

J’ai, au final, passé un très bon moment de lecture avec Déjà Dead, mais je ne pense pas continuer cette saga, trop éloignée de l’histoire que je connais déjà. J’ai d’ailleurs du mal à comprendre pourquoi elle a donné vie à une série si différente…

La note de l’addicte : 3 étoiles

Et vous, vous avez lu ce livre ? Vous en avez pensé quoi ?

Cliquez pour retrouver ce livre en vente : Déjà dead

Auteur : platinegirl

Cyrielle alias platinegirl. 28 ans, bac +7 en biosciences. Ex-toulousaine, à Exeter (UK) pour sa thèse.

Laisser un commentaire