Livre jeunesse # 47 : Entre toi et moi – Stephen Emond

entre toi et moi

Aujourd’hui, dans ma chronique littéraire, nous allons disserter du bien fondé d’une quatrième de couverture trop élogieuse… Vous le savez, je les boude régulièrement car elles en disent souvent trop. Là, pas de spoiler, mais une telle envie de lire le livre après l’avoir lue que… j’ai été un peu déçue !

Ce livre, c’est Entre toi et moi de Stephen Emond, édité chez Albin Michel jeunesse Wiz et vendu au prix de 16,50 euros en broché de 360 pages. Bonne découverte !

Quatrième de couverture :

Si vous aimez l’idée qu’un garçon très drôle et qu’une fille un peu paumée soient amis depuis l’enfance, qu’ils se perdent de vue mais se retrouvent chaque année à Noël, si vous croyez à la force de l’attraction et à la douceur d’un chocolat chaud en regardant la neige tomber, si vous pensez que deux personnes que tout sépare ne peuvent être réunies à moins d’un miracle ou d’un hasard merveilleux, alors Entre toi et moi est un roman pour vous.

Mon avis :

J’ai choisi de lire ce roman après avoir vu sa couverture (j’ai adoré son illustration simple mais efficace, qui nous met tout de suite dans l’atmosphère hivernale du roman) et lu a quatrième de couverture. Je me suis reconnue dans cette dernière, je suis de celles qui veulent rêver en lisant, voir le destin rapprocher deux personnes faites pour être ensemble… Aussi je n’ai pas hésité une seconde à découvrir “Entre toi et moi”, croyant que ce roman serait un coup de coeur.

Disons-le tout de suite : cela n’a pas été le cas, loin de là. La douche froide. Attendez, je ne suis pas en train de dire que je n’ai pas apprécié ma lecture, mais je ne lui décernerai pas 5 étoiles sur 5, et encore moins un “coup de coeur” du mois. Non, et j’ai même envie, alors que j’ai reposé ce livre il y a quelques jours déjà (au moment où j’écris cet article), de lui retirer une étoile du fait de ma déception quant aux attentes que sa quatrième de couverture m’a donné.

Ce roman est pourtant très bien fait. Très bien mis en page. Et on retrouve un peu l’univers de son auteur à l’intérieur avec de nombreuses illustrations : celles réalisées par les personnages de ce roman, mais aussi des mises en bouche quant aux chapitres de ce bouquin. Oui, mais… déjà, je n’ai pas beaucoup apprécié les traits des dessins à l’intérieur du roman. J’ai envie de dire qu’ils n’ont rien à voir avec la couverture, ils ne font pas rêver… mais on y reconnait bien le même univers. Disons juste que sa couverture est très bien choisie car, si elle avait représenté un dessin de l’intérieur, ce livre ne m’aurait jamais tenté.

Je sais bien que ces dessins ne font pas toute l’histoire, que ce n’est ni une BD ni un manga, ici, mais, voilà, cela a perturbé ma lecture… Et s’il n’y avait que ça !

Dès le début, on lit (dans la préface) que le livre est découpé en deux parties : la première est écrite du point de vue d’Ethan, la seconde de Lucy. Au début, j’ai cru que l’on reverrait les mêmes actions des deux points de vue, mais non : on ne fait que changer de narrateur pour poursuivre l’histoire. Soit, pas de soucis, même si j’aime bien l’idée du challenge “je réécris avec les yeux d’un autre personnage et j’essaie de rendre l’action agréable même si on connait déjà la fin”.

Non, en fait, le soucis, c’est que je ne me suis pas retrouvée dans ce roman. Je n’y ai pas reconnu sa quatrième de couverture, je n’y ai pas vu le destin jouer avec l’avenir de nos deux héros, je n’ai pas apprécié ses personnages (entre Ethan qui ne sait pas se poser deux heures devant un simple exercice d’histoire-géo et Lucy qui ne comprend pas que son nouveau look peut choquer et qu’elle n’est pas agréable à ne jamais desserrer les dents… des baffes se perdaient). J’étais même gênée de lire ce roman hivernal en plein printemps (le livre est paru fin janvier, c’est pas de leur faute) ! Non, le courant n’est pas passé, c’est tout.

J’ai pourtant passé un bon moment de lecture, les pages se tournaient vite et tout, mais l’histoire en elle-même est finalement assez basique, et l’alchimie nécessaire à une telle histoire est quasiment inexistante. Je ne m’attendais pas à de l’action comme dans un blockbuster hollywoodien, mais, voilà, sans action et avec des héros que je n’avais pas forcément envie de voir ensemble, il n’y a pas vraiment d’intérêt à lire ce roman pour moi…

Voilà, je crois que vous avez maintenant les clés en main si vous souhaitez encore découvrir “Entre toi et moi”. Mes conseils sont les suivants : regardez les dessins intérieurs avant d’acheter le livre pour être sûr que cela vous plaise. Ne lisez ce livre qu’en plein hiver, de préférence avec de la neige.

La note de l’addicte : 3 étoiles

Et vous, vous avez déjà eu de telles expériences de lecture ?

Cliquez pour retrouver ce livre en vente : Entre toi et moi

Auteur : platinegirl

Cyrielle alias platinegirl. 28 ans, bac +7 en biosciences. Ex-toulousaine, à Exeter (UK) pour sa thèse.

4 pensées sur “Livre jeunesse # 47 : Entre toi et moi – Stephen Emond”

  1. Même si ce n’est pas un coup de coeur pour toi, et j’ai bien compris pourquoi, ta chronique me donne quand même envie de me lire ce petit bouquin !

  2. Y a rien de pire qu’un livre qui est trop bien vendu et qui déçoit !!! J’aurai pu tout à fait me faire avoir par la couverture et le résumé ! Comme quoi la maison d’édition a mieux fait son job que l’auteur ! lol

Laisser un commentaire