Livre culte numéro 7: Northanger Abbey – Jane Austen

northanger-abbey-jane-austen.jpg

Quel beau week-end parisien j’ai passé! Je vous en dirais plus d’ici peu, notamment au niveau de bonnes adresses à partager et de mes shoppings intensifs à vous montrer, mais, en attendant, vu que je ne suis rentrée qu’hier osir tard et que j’ai une grosse journée devant moi…, je vous propose un petit avis livre précédemment publié sur Lire Ou Mourir! Un coup de coeur que j’espère vous donner envie de découvrir de vous-même!

Il s’agit de Northanger Abbey, un livre (lu en français avec le même titre anglais) de Jane Austen. Il est vendu 6,80€ dans toutes les librairies, en collection Archipoche.

 

Quatrième de couverture:

La jeune et crédule Catherine Morland, férue de romans gothiques, découvre la ville de Bath, dans le Somerset. Elle y rencontre Henry Tilney, qui l’invite à séjourner à Northanger Abbey, propriété de son père. Lieu au nom évocateur, que son imagination présage étrange et inquiétant…

 

Las: cette abbaye fort peu sinistre est en réalité pourvue de tout le confort moderne! Une nuit passée dans une chambre isolée apportera-t-elle à l’impressionnable héroïne son lot de délicieuses terreurs, comme promis par Henry?

Mon avis:

Avant propos: ce livre est en français!

Déjà, ne lisez surtout pas cette quatrième de couverture, qui raconte presque tout de l’histoire jusqu’au-delà de la 200ème page. C’est mon seul et unique reproche à ce livre, il faut dire, tant je l’ai adoré du début à la fin et dévoré en quelques heures seulement!

Il faut dire que, déjà, ce livre est superbe avec pour illustration de couverture un tableau de Marcus Stone, même s’il a été peint après l’époque de Jane Austen. Le livre en tant qu’objet est d’excellente qualité (on dirait qu’il sort juste de l’imprimerie alors que je ne l’ai pas lâché avant de l’avoir fini!), c’est un format poche très pratique à lire et, ce, partout, sûrement aussi parce qu’il est doté d’une police d’écriture de taille moyenne qui ne fatigue pas les yeux.

Notez au passage que plusieurs illustrations de passages du livre sont insérées entre les pages, au niveau, justement, des passages qu’elles illustrent, c’est un petit bonus non négligeable.

Northanger Abbey a déjà été publié en France sous le nom de “L’Abbaye de Northanger”. Ce roman raconte les aventures de Catherine Morland, une jeune femme pas spécialement riche ni spécialement belle qui attire cependant tous les regards à Bath.

 

L’histoire générale du livre est très bien menée, on change de lieux suffisamment souvent pour ne pas se sentir en huis-clos et avancer tranquillement dans la vie de cette héroïne. Les rebondissements sont nombreux (mais on n’est quand même pas dans un film d’action!), ce qui donne beaucoup de vie à ce roman.

 

Les personnages sont brillamment décrits par Jane Austen, tant grâce à leurs discours qu’à leurs manières ou apparences. On craquera tous pour Catherine et sa naïveté, certes, mais aussi pour Eleonore et Henry. Les autres personnages sont montrés du doigt par Jane Austen qui s’amuse à leur dépens, qu’ils soient foncièrement bons (mais bêtes), ou foncièrement mauvais.

C’est vraiment un roman très ironique sur la société de l’époque qui se laisse lire et découvrir avec plaisir. On a même, lors de sa lecture, l’impression que Jane Austen nous parle personnellement car elle s’est amusée à manier quelques fois le “je” dans la narration, pour partager avec nous diverses choses qui la frappent dans son époque ou dans l’avenir de ses personnages. C’est, en bref, un roman à ne manquer sous aucun prétexte.

La note de l’addicte: 5 Etoiles

Cliquez pour retrouver ce roman de Jane Austen en vente: Northanger
Abbey

challenge austenien

Challenge God Save The Livre

Ce livre a été lu dans le cadre du Challenge Austenien (ICI et LA) et du Challenge God Save The Livre (ICI et LA).

Auteur : platinegirl

Cyrielle alias platinegirl. 28 ans, bac +7 en biosciences. Ex-toulousaine, à Exeter (UK) pour sa thèse.

6 réflexions sur « Livre culte numéro 7: Northanger Abbey – Jane Austen »

  1. Un trèe beau livre qui me ramène droit quelques années derrière pendant mes études d’anglais, je l’avais lu dans la langue de Shakespeare et avais beaucoup aimé les portraits de l’époque et des personnages ;o))

Laisser un commentaire