Moi & mes fesses, troisième partie

J’aurais dû vous écrire ce billet hier, en revenant de la clinique, mais j’ai comme qui dirait eu la flemme ! J’espère que vous ne vous êtes pas inquiétés pour moi, et que vous avez vu que j’avais laissé des messages sur mes pages Facebook et Hellocoton !

Bref, dans mon dernier article spécial “fesses”, je vous disais que j’allais être opérée le 4 février (avant-hier, donc) de mon kyste pilonidal avec l’option “on recoud ta plaie et tu auras une belle cicatrice”. Voici maintenant comment tout s’est passé…

canard-de-bain-infirmière

La veille de mon opération, j’ai pris comme convenu avec mon chirurgien ma douche à la Bétadine Scrub. Depuis 8 jours, je prenais les comprimés homéopathiques qui m’étaient prescrits et, franchement, je n’étais stressée que pour deux choses :

– mourir de faim car j’étais censée juste boire une tasse de thé au réveil, avec 8h, et tenir avec ça jusqu’à la fin de mon opération, cette dernière ayant lieu à 14h30;

– ne pas avoir pris assez de livres pour me distraire avant et après l’opération, ou au contraire en avoir trop pris (finalement, j’en ai pris 2, ainsi que 2 magazines).

Bref, je n’étais pas stressée par l’opération en elle-même, loin de là ! J’ai bien dormi, je me suis levée à l’heure dite pour ne pas rater ma tasse de thé promise par l’anesthésiste, et ma mère et moi sommes allées à la clinique à 10h.

Pendant mes trois heures d’attente dans ma chambre double (où aucun autre patient ne m’a rejoint, youpi ! ), j’ai eu le temps de presque lire l’intégralité de mon premier livre. Ma mère, n’étant pas aussi organisée que moi, n’avait rien pris donc je lui ai prêté mes magazines pour qu’elle arrête de me parler alors que je lisais !

Pendant l’attente, plusieurs aide-soignantes et infirmières sont passées pour diverses raisons : me prendre la tension et la température, analyser mon urine (glam’ ! ), m’expliquer le fonctionnement de ma deuxième douche à la Bétadine et des “fringues jetables” à mettre juste après…

canard -bain - docteur

A 13h15, mon chirurgien est passée me voir pour voir si tout allait bien et m’a envoyée à la douche. Par la suite, je me suis installée dans mon lit car je ne devais plus rien toucher. Une infirmière est passée pour me donner un tranquillisant au goû supposément amer (comme si j’en avais besoin, surtout que la présence de ma mère pendant l’attente était contre-productive… ! ), et elle m’a annoncé que je ne pourrais pas manger directement à mon retour dans la chambre (prévu pour 17h30), qu’il me faudrait attendre bien longtemps pour être sûre que je garde tout… et que je ne pourrais pas marcher avant le lendemain, ce qui poserait problème pour aller aux toilettes… Ca, par contre, ça m’a stressé ! ^^

Un brancadier est passé me prendre pour m’emmener en salle d’opération, j’ai visité les dédales de la clinique au passage (et discuté avec une dame se faisant opérer des poches sous les yeux). Une fois ma salle d’op’ prête, on m’y a installé (il a été dur de trouver une veine facilement identifiable pour me perfuser) et je me rappelle qu’on me posait des questions sur mes études et tout, puis c’est le trou noir.

ZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZ…

Je me suis réveillée en salle de réanimation, d’un seul coup, en pleine forme, allongée sur le dos sans soucis malgré ma cicatrice au niveau de la raie des fesses ! J’avais un truc pour respirer dans le nez (et je me suis tout de suite demandé si je n’avais pas été intubée car j’avais mal à la gorge => question toujours sans réponse actuellement), j’étais branchée sur un électrocardiogramme, et en attendant que l’on me ramène dans ma chambre, je regardais partout… et vu revenir la dame se faisant opérer des poches. On m’a raméné dans ma chambre où ma mère était de retour, après lui avoir dit que je me sentais super bien, elle m’a raconté ce qu’elle avait fait en mon absence (du shopping : Habitat, Oysho pour moi…) et je crois bien avoir enfin pu finir mon premier livre.

canard-docteur

Je dis “je crois bien” car même si j’ai pris des notes sur tout ce que je vous raconte, la partie entre la prise du tranquillisant et, disons, le départ de ma mère (elle allait quand même pas rester toute la nuit avec moi) est assez floue dans ma tête, tant et si bien que j’en viens à me demander si je ne planais pas un peu.

Incohérences prouvant que tout n’est pas clair : je trouve cela bizarre d’avoir parlé avec la dame avec les poches, et surtout de l’avoir reconnue dans la salle de réa alors que j’avais pas mes lunettes, je ne me rappelle pas d’avoir grimpé sur le brancard à l’aller vers la salle d’opération,… et, pire encore, je ne me suis rappelé du pyjama Oysho que ma mère m’a acheté… seulement hier matin en le découvrant sur mon lit, chez moi !!! C’est pas le genre de truc que j’oublierais facilement !

Bref, on va quand même dire que j’étais claire dans ma tête parce que j’ai réussi à vite prendre un nouveau livre, au retour de la salle de réanimation, et parce que je me rappelle parfaitement comment il commence ! (La politique de l’autruche ? ) De plus, j’étais assez réveillée pour demander des informations biochimiques sur le contenu de ma perfusion…

(Suite dans l’article suivant, je suis apparemment trop bavarde pour Over-Blog… Comment ça, vous le saviez déjà ? )

Rendez-vous sur Hellocoton !

Auteur : platinegirl

Cyrielle alias platinegirl. 28 ans, bac +7 en biosciences. Ex-toulousaine, à Exeter (UK) pour sa thèse.

5 réflexions sur « Moi & mes fesses, troisième partie »

  1. salut
    contente que tout ce soit bien passé! j’ai été moi même sous anesthésie pour les dents de sagesses et après il est vrai qu’on est carrément dans les vapes et on ne se rapelle de pas grand chose!!!! c’est une sensation très bizarre!!!!
    En tout cas bon rétablissement et repose toi bien bis

  2. Coucou ma belle ! tout s’est finalement bien passé! j’espère que tu n’as pas trop mal et que ce n’est pas trop handicapant quand même! j’ai hâte de lire la suite!

  3. ahah 🙂 je lis avec beaucoup d’attention toute ton histoire( il y a certains tomes que j’avais du zappé ! ) 🙂
    Bref, si tu as eu une anesthésie générale, forcément que tu as été intubée, et c’est bien cela qui cause des douleurs à la gorge!
    Sinon ce n’était pas un electrocardiogramme sur lequel tu étais branchée, mais un scope 🙂

Laisser un commentaire